Formation

Lison BETTLER

Mon premier contact avec la lutherie se présente sous la forme d’un souvenir d’enfance : entrant dans un atelier pour y louer mon premier
violon, je fus fascinée par ce métier et dès lors déterminée à devenir luthier.
J’intègre à quatorze ans l’école nationale de lutherie de Mirecourt, où je suivis un cursus de 5 années d’enseignement, que j’enrichis
par de nombreux stages (C. Girardot à Dijon, T. Schiegnitz à Berlin, N. Saumagne à la Roche sur Foron, Ch.L. Hommel à Marseille…).
Je travaille ensuite plusieurs années comme assistante, essentiellement pour F. Becker à Montpellier pendant 4 ans. C’est dans cet
atelier que naît mon intérêt pour les archets, et je me forme alors à l’archèterie.
Désireuse de suivre ma voie personnelle, j’ouvre mon propre atelier à Saragosse, où je me consacre essentiellement à la fabrication.
Afin de maintenir un échange d’idées et de savoir-faire avec d’autres luthiers, je suis membre de l’ALADFI, association de luthiers et d’archetiers pour le développement de la facture instrumentale.

Etienne BELLANGER

Mon intérêt pour la musique et la pratique du violon depuis l’enfance m’ont amené à me passionner pour la lutherie ; et je suis entré,
après des études d’ébénisterie, à l’école de lutherie de Mirecourt où j’ai réalisé mon apprentissage.
Une fois mon diplôme obtenu, je travaille dans plusieurs ateliers en France, notamment ceux de S. Taveau, Friedrich Alber et Frédéric
Becker. Ayant acquis rigueur et méthodes de travail, ma passion pour la fabrication des instruments du quatuor est allée crescendo,
et j’ai depuis lors cherché à développer une esthétique personnelle.
Mon travail consiste essentiellement à comprendre et analyser les besoins spécifiques de chaque musicien, puis, pour les convertir
en réalité, à percer le mystère de l’équation entre la « forme » (le bois, le modèle, les voûtes…) et le « son ».
Je cherche ainsi à trouver la « voix » de mes instruments, essayant par là de convertir les sonorités des grands musiciens qui m’ont
tant influencé en un outil de travail au service de la musique.
Par le biais de rencontres, stages, concours de lutherie et échanges avec mes collègues luthiers, (notamment au sein de l’association
Aladfi), je reste dans une démarche constante de formation.